PSG, un leader chétif

20 février 2012 - 21:54

Si le Paris Saint-Germain a réussi à préserver le match nul (2-2) en même temps que le leadership de la Ligue 1, la manière dont a évolué l'équipe de Carlo Ancelotti face à Montpellier, dimanche, laisse encore à désirer. En cause, l'impression de néant collectif que semble dégager le groupe parisien, reposant bien trop souvent sur ses individualités.

Arrivé sur le banc du Paris Saint-Germain à la trêve hivernale, Carlo Ancelotti peut s'enorgueillir de n'avoir toujours pas connu la défaite en compétition officielle avec sa nouvelle équipe (six victoires, deux nuls en défense). Le technicien transalpin, vainqueur de deux Ligue des champions en tant qu'entraîneur de l'AC Milan (en 2003 et 2007), doit toutefois nourrir quelques inquiétudes sur le fond de jeu proposé par ses joueurs. Car si le PSG a assuré l'essentiel, dimanche en clôture de la 28e journée de Ligue 1, en arrachant le nul (2-2) face à son dauphin montpelliérain, qui ne pointe toujours qu'à une petite longueur en tête du classement, les joueurs de la capitale ont été dominés dans le jeu.

Mieux en place, les Héraultais ont étouffé les Parisiens dans le premier quart d'heure. Et si l'ouverture du score est venue d'un missile sur coup franc d'Alex (41e), Belhanda est rapidement venu remettre les deux équipes à égalité (45e). La seconde période a conforté cette vision d'ensemble. Montpellier a su résister aux saillies parisiennes, avant de prendre l'avantage sur un contre d'école conclu par John Utaka (81e). Insuffisant toutefois pour espérer l'emporter au Parc face à un PSG, qui a pu compter sur un coup de rein de Jérémy Ménez, mais aussi sur la fraîcheur de Javier Pastore et Guillaume Hoarau pour arracher le nul (88e). A l'énergie, les Parisiens auraient même pu l'emporter mais ce résultait aurait semblé injuste vis-à-vis de la prestation des hommes de René Girard.

Sakho: "On essaye de s'adapter au nouveau système"

S'il s'appuie également sur des individualités pour faire la différence, à l'image de son attaquant international tricolore Olivier Giroud, de son meneur de jeu Marocain Younès Belhanda, très en vue dimanche soir, ou encore sur la puissance de son latéral gauche Henri Bédimo, le club de La Paillade, brille avant tout par la force de son collectif, qui pratique un jeu simple mais diablement efficace. Outre un bloc défensif solide incarné par le pressing constant qu'exerce les onze joueurs, les Héraultais sont très souvent portés vers l'avant et s'appuient sur leur qualité de passes et les nombreux appels de leurs joueurs offensifs pour sortir proprement le ballon et faire mouche.

A l'inverse, le PSG, qui a su parfois réaliser quelques mouvements de grande classe, s'appuie plus sur les qualités techniques et la rapidité d'exécution d'un Nenê, d'un Ménez ou de Pastore, une fois qu'il est entré en jeu, pour faire la différence. Conscient des limites actuelles de sa formation, Carlo Ancelotti a d'abord cherché à assurer la stabilité de son bloc défensif en soutenant sa défense, qui n'a pas toujours été à la hauteur, à l'image des latéraux, Maxwell et Milan Bisevac, mais aussi Diego Lugano, entré en fin de match à la place d'Alex, encore un peu court physiquement mais dur au mal dans les duels, de trois milieux de terrain à vocation plutôt défensive: Mohamed Sissoko, Blaise Matuidi et Thiago Motta. Une équipe qui a offert des garanties, mais qui est encore en rodage.

Un sentiment partagé par Ancelotti: "Naturellement, nous devons nous améliorer, travailler. Nous n'avons pas de continuité, c'est normal. Nous avons changé le système de jeu. Il faut continuer à travailler avec confiance pour obtenir de bons résultats". Même son de cloche pour le capitaine Mamadou Sakho: "Nous avons eu du mal ce soir (dimanche) face à une belle équipe de Montpellier, qui était bien en place. On n'a pas toujours bien joué, mais on prend un bon point. On essaye de s'adapter au nouveau système mis en place par le coach". Un manque de cohésion qui s'explique logiquement vu le nombre de joueurs débarqués l'été dernier puis cet hiver, mais qui pose tout de même question sur la capacité du PSG à trouver la bonne formule. Car si les résultats sont toujours au rendez-vous, Montpellier, et son collectif bien huilé, est à l'affût de la moindre baisse de régime.

Commentaires

Staff
coach omar
coach omar 22 février 2012 17:00

ils vont terminer champion. le beau jeu viendra après. bravo à Montpellier

bonne année 2015 plus de 2 ans
Tournoi de Pâques des Bleuets de Crédin plus de 3 ans
SUPER LOTO des Bleuets de Crédin plus de 3 ans
MEILLEURS VOEUX 2014 plus de 3 ans
BONNE ANNEE plus de 3 ans
Noel arrive plus de 3 ans
LA VRAIE-CROIX TOURNOI EN SALLE le 28/12/13 plus de 3 ans
Nouveaux jeux de maillots plus de 3 ans
doudoux doudoux a commenté ENTRAINEMENT plus de 4 ans
ENTRAINEMENT plus de 4 ans
Rassemblement Administrateurs Sites FOOTEO Samedi 29 Juin plus de 4 ans
Rohan B / Equipe B - District 3 : résumé du match plus de 4 ans
Campeneac A / Equipe A - District 1 : résumé du match plus de 4 ans
Equipe C - District 4 / Credi B et 2 plus de 4 ans
Moustoir Remungol / Equipe C - District 4 et 2 autres : résumés des matchs plus de 4 ans

 COMMUNAUTÉ

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Dirigeant
  • 7 Joueurs
  • 1 Supporter

.

saison 2012-2013

UN PEU D'HUMOUR

 

Allô police !!!

- Allô Police ! Je viens d'écraser un poulet. Que dois-je faire ?
- Et bien , plumez-le et faites-le cuire à thermostat 6.
- Ah bon ! Et qu'est-ce que je fais de la moto ?